Jours de crue

Df33

La Meuse, comme de nombreux autres fleuves et rivières, a connu de multiples crues au fil du temps. Elles ont laissé de pénibles souvenirs aux sinistrés et sont à la base d’une production importante de documents : chronogrammes et productions littéraires pour les plus anciennes; cartes postales, articles de presse, photographies… dès la fin du XIXe siècle. Si le premier souci, bien légitime, des sinistrés et autorités est de faire disparaître au plus vite les stigmates des dégâts causés par la furie du fleuve et dès lors toutes traces tangibles des événements; çà et là il est possible de rencontrer des témoins physiques du niveau atteint par les eaux lors de ces nombreuses crues. Ce site, proposé par l’asbl Les Amis de la Citadelle de Namur, tente d’en dresser pour la vallée de la Meuse namuroise un inventaire le plus exhaustif possible et compte sur votre collaboration.

Dans un second temps, dès que la base de données sera plus riche, une analyse comparative pourra être établie. Dans cette attente, des recherches seront menées pour retrouver les circonstances du placement de ces témoins (qui, quand, comment…).

Mise à jour du 24/11/2018 :

Dans le cadre de la loi “Risques” de 2003, nos voisins français ont mis en place une Plateforme nationale collaborative des sites et repères de crues qui commence à être bien fournie. Rien ne justifie donc de reprendre sur Jours de crue les repères liés aux crues de la Meuse en amont de la frontière franco-belge. Il est plus logique et intéressant de les renseigner sur ladite plateforme. Jours de crue ne recensera donc que les repères de crue situés prioritairement en province de Namur et accessoirement en Wallonie sur le cours de  la Meuse. Les repères situés en France ont été volontairement effacés de la base de données après vérification de leur présence dans la base de données de la Plateforme nationale collaborative des sites et repères de crues.